Accueil Livres Découverte d’une appartenance, découverte d’une culture des nôtres : la sororité

Découverte d’une appartenance, découverte d’une culture des nôtres : la sororité

Extrait de mon livre Et si le féminisme nous rendait heureuses

par pauline.arrighi@gmail.com

Extrait de mon livre Et si le féminisme nous rendait heureuses, éditions Dunod, 2019

Le féminisme n’est pas qu’une révolte intérieure ou un mode de vie. C’est également une expertise qui décrit et explique les inégalités et les violences et qui propose des pistes pour y mettre fin.

Grâce à ce regard qui se détourne des intérêts masculins et en particulier des agresseurs, et qui enfin se porte avec bienveillance sur les femmes, chacune ressent que ces discours correspondent à ce qu’elles pressentaient.

« Il se dit là des choses qu’elles n’ont jamais entendues ailleurs. Elles absorbent cette « somme de connaissance déversée à pleins seaux ». Elles ont « l’impression de tout comprendre d’un coup », sur elles-mêmes, sur leur vie, leurs hésitations, sur les « mal-être » qui jusqu’alors leur étaient énigmatiques. »

 

Françoise Picq, Libération des femmes : Les années-mouvement, Seuil 1993.

 

La sororité dans l’espace et le temps

Connaître le patriarcat, c’est accéder à une connaissance cachée, tue, du vécu des femmes de tous milieux et de toutes origines. Savoir que beaucoup se taisent et continuent d’avancer sans dénoncer personne, avec les stratégies de protection qui leur font le moins mal. Toutes les femmes, parce que nées filles, ont un vécu de discrimination et d’oppression liées à leur sexe. Seules l’intensité de leur vécu de cette oppression et l’acuité de leur conscience varient d’une femme à l’autre. Toutes vivent dans un monde où les femmes et le féminin sont dénigrés, et cela a un effet sur la confiance en soi et les possibilités matérielles de chacune. Toutes mènent une vie de batailles ou de compromis, en tout cas une vie de résistance. Cette découverte d’un vécu commun est la première étape dans l’expérience de la sororité, qui est l’un des bienfaits les plus précieux du féminisme.

Vous connaissez la fraternité n’est-ce pas ? Triomphante sur nos frontispices, elle clame le lien indéfectible entre les frères que sont les hommes de la Nation. Les femmes ont été dès la Révolution françaises exclues de la citoyenneté, et ce «fraternité » en est le témoin.

Si les hommes se proclament être frères, alors les femmes sont des sœurs, liées par leur exclusion de l’Universel masculin, épouses des chefs de famille, sous-entendues mais invisibles au pied des « Hommes » majuscules, « elles » engloutis par le « ils » d’un pluriel qui efface toutes les femmes dès qu’un homme – ou un chien, ou un moineau – pointe le bout du museau.

La sororité commence par la découverte de cette appartenance au peuple des femmes, et la découverte que le patriarcat est un pays dans lequel nous sommes des étrangères. Ce sentiment d’appartenance mène à la découverte de la culture des nôtres. Chaque femme est membre du groupe des femmes, un peuple qui a son Histoire, ses héroïnes, ses artistes et ses révolutionnaires. La plupart ont été effacées d’une Histoire écrite par des plumes masculines, nous laissant isolées de nos semblables. En éveiller le souvenir nous lie à un passé collectif de femmes qui méritent d’être connues pour leurs batailles et leurs exploits. L’exploration de l’Histoire des femmes, à côté de la curiosité bienveillante quant à mes contemporaines, m’a donné la force de l’ancrage similaire à la force que peut donner un lien familial. Je me suis découvert un lien organique, une proximité dans un vécu commun et une intime complicité avec une moitié de l’Humanité, qui date des débuts de l’Humanité.

Se recentrer sur soi, en tant que femme dans un monde d’hommes, se recentrer sur nous toutes, en faisant fi des haines qu’ils nous imposent ; se connaître et s’accorder à soi-même et aux autres femmes l’attention et l’amour que chacune mérite, après tant d’ignorance. Ce chemin, ces victoires rendent à chacune sa force, une force sereine et un long apaisement.

 

Vous aimerez aussi